2020-06-12

Acheter une voiture : c’est maintenant qu’il faut profiter de la prime à la conversion automobile !

Acheter une voiture : c’est maintenant qu’il faut profiter de la prime à la conversion automobile !

Mi-juillet, il pourrait être trop tard pour profiter de la nouvelle prime exceptionnelle à la conversion. Mise en place par le gouvernement pour la relance du marché automobile post confinement, elle est réservée aux 200 000 premiers acheteurs ou locataires d’un leasing automobile. À l’appel des nombreux constructeurs, « Les clients sont de retour ! Ça part très vite ! », constate François Roudier, porte-parole du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA). Les concessionnaires vont faire le plein.

 

Comment fonctionne la nouvelle prime à la conversion ?

Depuis le 1er juin, les premiers acheteurs peuvent profiter d’une prime exceptionnelle de 3 000 euros pour la location en leasing ou l'achat d’une voiture neuve ou d'occasion essence ou diesel. Le montant de la prime se porte à 5 000 euros pour l’acquisition d’un véhicule électrique ou hybride. Il faut pour cela mettre au rebut un ancien véhicule :

  • dont la première immatriculation date d’avant 2006 si c’est une voiture essence,
  • ou d’avant 2011 pour un véhicule diesel.

Cette classification correspond à tout type de véhicule comportant une vignette Crit’Air 3.

 

 

Qui peut bénéficier de la prime à la casse exceptionnelle ?

Cette mesure s’applique pour les 200 000 premiers foyers dont le revenu fiscal de référence n’excède pas 18 000 € par part (avis d'imposition 2019 ), à condition d'acheter une nouvelle voiture avant le 31 décembre 2020. Une fois passé le quota de 200 000 ventes de nouvelles voitures, c’est l’ancien dispositif d'aide qui se remet en vigueur.

Cette prime est valable également pour les automobilistes souhaitant électrifier leur voiture diesel ou essence, selon le principe du rétrofit.

Vous êtes également éligible à une surprime supplémentaire lorsque :

  • votre lieu d'habitation ou lieu de travail se situe dans une Zone à Faible Émission (ZFE),  
  • et votre collectivité territoriale vous a versé une aide pour acheter ou louer un véhicule propre.

Le montant de la subvention est alors identique à l'aide versée par la collectivité territoriale, dans la limite de 1 000 € (source : service public.fr) Renseignez-vous !

 

Quelle assurance auto pour une voiture neuve ou récente ?

Direct Assurance souhaite également contribuer à la relance du marché. Jusqu'au 8 juillet 2020, lorsque vous envisagez de profiter de ces aides pour changer de voiture ou en acheter une deuxième, nous vous offrons un coup de pouce supplémentaire. 2 mois de cotisation sont offerts pour toute souscription d'un nouveau contrat auto en Formule Tous Risques leasing (location avec option d’achat ou location longue durée) pour une voiture neuve ou une voiture d’occasion.
Dèjà client ou non, toutes les explications vous sont données ici.

Comme pour les voitures à énergie fossile ou thermique, les offres Direct Assurance s’adressent également aux véhicules électriques. Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour obtenir votre devis d’assurance auto ?

 

Quelles aides supplémentaires pour l'acquisition ou la location des véhicules propres ?

Le Plan de soutien à l'automobile, présenté fin mai par le président de la République, comporte également une révision des mesures du bonus écologique favorable à l’achat d’un véhicule peu polluant.  

De juin à décembre 2020, son montant passe à 7 000 € pour une voiture dont le taux de CO2 est inférieur ou égal à 20 g/km et si le prix du véhicule est inférieur ou égal à 45 000 €.

Nouveauté pour l'achat d'un véhicule hybride rechargeable (VHR) dont l’autonomie est supérieure à 50 km, le taux de dioxyde de carbone compris entre 21 et 50 grammes/km et le prix inférieur ou égal à 50 000 € : un bonus de 2000 € pour le véhicule acheté.

 

Les voitures électriques seront-elles les grandes gagnantes ?

Le marché de la voiture électrique et hybride rechargeable a connu une croissance de + 61% en mai 2020 par rapport au mois de mai 2019. Ces chiffres sont encourageants, pour une période plus courte en raison des 10 premiers jours du mois encore confinés. La part de marché de la mobilité électrifiée est d’ailleurs estimée à 6,1% (source : Avere-France : Association nationale pour le développement de la mobilité électrique). Reste la question du réseau de bornes de recharge, que le président souhaite porter à  100 000 unités d’ici fin 2021 : un argument de taille pour encourager le marché automobile électrique et rechargeable.


Près de 30000 bornes de recharge ouvertes au public en France

Même si la crise sanitaire a ralenti le déploiement des points de recharge, début juillet 2020, la France métropolitaine compte 29 854 bornes publiques pour recharger les véhicules électriques (soit + 12,7 % en 1 an). On compte donc aujourd’hui 1 point de recharge pour 8 véhicules électriques en circulation, ou 1 pour 11 véhicules en comptant  les hybrides rechargeables. « La région Auvergne-Rhône-Alpes est la plus dynamique en termes de déploiement avec une progression de + 14 % en un an. » confirme Avere-France.


De quand datent les premières aides gouvernementales à l’achat de véhicule ?

Depuis 1994, le marché automobile a été régulièrement stimulé par des primes à la casse et des plans de relance. Effet pervers de ces mesures, une baisse des ventes constatée d’année en année. Pourquoi ?
Dans un marché dynamisé, une partie des achats automobiles est anticipé grâce à la prime. Lorsque les aides disparaissent, les potentiels acquéreurs se mettent en attente du prochain dispositif, en conservant une voiture qui vieillit. Si on y ajoute la meilleure qualité de voitures qu’on peut garder plus longtemps, et un marché de la voiture d’occasion désormais trois fois plus important que le marché du neuf (5,7 millions d’’immatriculations de véhicules d’occasion contre 2,2 millions d’achat neufs en 2019), l’âge moyen de la voiture en France est de 10,5 ans.

 

Quelles ont été les mesures pour relancer la vente de voitures neuves ?

Retour vers le futur !
Entre février 1994 et juin 1995, pour toute mise au rebut d’un véhicule ancien de plus de dix ans, vous aviez droit à 5000 francs d’aide financière pour l’achat d’une voiture neuve. Objectif : dynamiser un marché endormi, relancer la consommation et rajeunir le parc automobile Français.

Les mesures se poursuivent d'octobre 1995 à octobre 1996 avec un premier dispositif graduel, de 5 000 francs pour l'achat d'une voiture neuve de "gamme économique ou inférieure et de 7 000 francs pour les véhicules de gamme supérieure. Contrepartie : mettre à la casse une vieille voiture de plus de huit ans. La prime avait aussi pour vocation d'accompagner le contrôle technique renforcé décidé par le gouvernement.

Étape suivante : la crise de 2008/2009, et une prime à la casse de 1 000 euros pour inciter à l’achat de voitures moins gourmandes en énergie fossile. Le premier système de bonus-malus écologique et solidaire est instauré, et permet d’économiser à l’époque jusqu’à 1 000 euros pour tout nouveau véhicule. Ce dispositif de prime à la casse rencontre un large succès : il aide au financement de 600 000 véhicules neufs en 2009, soit un quart des voitures vendues dans l'année, en pleine période de turbulence dans le secteur automobile. 

Mise à jour 6 juillet 2020

 

 

 

Partager
Articles similaires :
Comment adapter votre assurance auto à un financement en leasing
La garantie Protection financière en cas de leasing

Indispensable pour garantir votre engagement financier.

Lire la suite ->

2020-06-08

Acheter et assurer un véhicule après le confinement
Acheter et assurer un véhicule après le confinement

Pourquoi pas sur internet ?

Lire la suite ->

2020-05-28

Tag cloud (5)